Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) : Inondations

, par Philippe Polomé

Deux ateliers ont été présentés par l’IRSTEA.

Cas des inondations de la Basse Plaine de l’Agly
En arrivant à proximité de la mer, à cause de la rupture de pente, l’Agly dépose ses alluvions et tend à exhausser son lit. Ceci a entraîné de tous temps des inondations très étendues. Depuis les années 1970, le lit est endigué afin de diminuer la fréquence des inondations. La période de retour de la crue de projet était d’environ 20 ans mais la protection a pu être augmentée par la construction ultérieure d’un barrage écrêteur de crue. Cet endiguement a généré non seulement le développement de cultures plus rentables (fruits et légumes) mais aussi le développement du tourisme au bord de mer et de l’habitat du fait de la proximité de Perpignan. La vulnérabilité des territoires a donc augmenté, les autorités n’ayant pas suffisamment veillé à limiter le développement dans les zones les plus inondables.

La crue de 1999 (approximativement centennale) a inondé la ville de Rivesaltes ainsi que le village de Saint Laurent de la Salanque. Pour la première localisation, l’insuffisante continuité des digues et le blocage des écoulements par les remblais de la RN9 et de l’A9 doivent être recherchés comme causes. Pour la seconde localisation, une brèche due à la surverse généralisée sur un tronçon de digue explique l’ampleur du phénomène.

Les mesures de protection additionnelles ne semblent pouvoir venir que de :

  • localement, renforcer la fiabilité des digues ou déplacer les enjeux
  • globalement, prévoir un chenal de déviation des écoulements vers l’étang de Salses situé au Nord.

Mais la mise en œuvre suppose à la fois la désignation d’un maître d’ouvrage, le rassemblement de fonds suffisants et la levée d’obstacles juridiques. En particulier, l’Etat s’opposera à toute mesure qui tendrait (sur le long terme) à augmenter la vulnérabilité du territoire.

Cas des inondations sur le bassin versant de l’Yzeron.
Ce bassin se situe dans l’Ouest lyonnais, s’étend sur 140 kilomètres carrés et concerne vingt communes. Il est caractérisé par une forte pression démographique qui a pour effet d’augmenter les enjeux face à l’aléa inondation.
Nous nous sommes intéressés au cadre règlementaire avant d’envisager la gouvernance de l’eau et enfin l’aspect technique.

Concernant l’aspect règlementaire nous avons étudié les textes communautaires et nationaux qui existent en matière d’inondation et quels sont ceux applicables ou susceptibles d’être appliqués sur le bassin versant de l’Yzeron.

Du point de vue de la gouvernance nous avons relevé une imbrication des échelles de décision et d’intégration des acteurs. L’articulation des différents échelons décisionnels sur le Bassin Versant de l’Yzeron est une gouvernance multi-niveaux. Il existe une mise en oeuvre d’une gestion intégrée de l’eau sur le territoire du Bassin Versant de l’Yzeron ; avec un échelon décisionnel à l’échelle du territoire naturel : le SAGYRC, un outil : le Contrat de Rivière et une instance de concertation : le Comité de Rivière .

Enfin pour ce qui est de l’aspect technique nous avons fait une étude cartographique du risque inondation sur le bassin. L’accent a été mis sur les moyens de lutte contre les inondations qui étaient utilisées, ceux qui le sont actuellement et les moyens futurs. Cette étude nous a permis de comparer les différentes solutions envisagées avec celles qui ont été retenues.

Demande d'accès

Parcours SEIU

Le dossier de candidature à l’ENTPE est disponible en ligne ici.
Le dossier de candidature à l’ENMSE est disponible en ligne ici.
Le contenu des deux dossiers est similaire.
La date limite pour le retour des dossiers est fixée au 31 mai 2017.

Pour toute information complémentaire sur les modalités de candidature au parcours SEIU, contacter :
Yves Perrodin à l’ENTPE ou Natacha Gondran à l’ENMSE

Sites Favoris

HAL - Archives ouvertes
HAL - Archives ouvertes
ISIDORE
ISIDORE
PALSE
PALSE
Prim.net
Prim.net
AXELERA
AXELERA