"Lyon : Ville verte ? " Le Plan Climat Energie

, par Juliette Coullet

I - Préparation du débat

Le thème “Lyon : Ville verte ?”, était un thème très large à traiter. Nous avons donc décidé de circonscrire le sujet autour du Plan Climat Energie mis en place par la Métropole de Lyon. Nous avons ensuite choisi trois thèmes plus précis à évoquer par rapport au sujet : le programme éco-énergie, la citoyenneté et les bâtiments durables. Chacun des thèmes a été présenté par un(e) intervenant(e) spécialisé(e) dans ces questions :

  • Madame Cécilia Michaud, chargée de développement économique énergie à la Chambre des métiers et de l’artisanat
  • Monsieur Cyril Kretzschmar, élu à Francheville et consultant chez Oxalis
  • Madame Béatrice Vessillier, Vice-présidente de la Métropole de Lyon et professeure à l’ENTPE chargée de l’enseignement sur la transition énergétique des bâtiments

La communication pour annoncer le débat a été faite grâce à l’envoi d’e-mail à tous les secrétariats et professeurs concernés par le Master RISE. Nous avons aussi choisi de créer un évènement Facebook deux semaines avant la date de la Conférence et de l’animer régulièrement, notamment en postant de nouvelles informations concernant le Plan Climat Énergie.

- Annexe 1 : Affiche
- Annexe 2 : Mail de communication

II - Présentations des intervenants

Mme Cécilia Michaud, chargée de développement économique énergie à la Chambre des métiers et de l’Artisanat

Madame Michaud a présenté l’action de la CMA pour accompagner les entreprises et notamment les missions associées à son poste de conseil et de soutien aux entreprises dans la création de leur structure, leur développement et la transmission du savoir artisanal. Il y a en France plus de 1 100 000 entreprises artisanales. Depuis 10 ans, elles sont accompagnées individuellement par la CMA afin de développer une stratégie environnementale. Cet accompagnement se traduit par une « visite énergie » intégrée au dispositif du Plan Climat de la région Auvergne Rhône-Alpes. Ce dernier a été élaboré en 2015 et vise à mettre en place des mesures de protection de l’environnement, notamment pour lutter contre le réchauffement climatique. Les visites énergies sont réalisées dans le but de faire un état des lieux de la consommation énergétique de l’entreprise et d’identifier les sources d’économies potentielles. Les entreprises reçoivent ensuite des aides pour mettre en place les solutions de transition énergétique retenues. Pour illustrer la réussite de ces actions, Madame Michaud nous a présenté la mise en place à Ecully, du premier four à biomasse utilisé par un boulanger-pâtissier. Cette illustration d’un engagement citoyen à permis une transition vers le thème de la citoyenneté prisé par Monsieur Kretzschmar.

- Annexe 3 : PowerPoint de l’intervenante

Mr Cyril Kretzschmar, élu EELV à Francheville et consultant chez Oxalis

L’intervention de Monsieur Kretzschmar a été marquée par une présentation de son engagement personnel. Il considère qu’être écologiste est un idéal dont doivent découler des adaptations du comportement. Cela peut se traduire par exemple par un changement d’alimentation (avec l’arrêt de la consommation de viande notamment), ou par le choix des modes de transports (favoriser les transports en commun). Au-delà de l’aspect comportemental, être écologiste c’est avoir conscience de la réalité du monde dans lequel nous vivons et de la domination de l’industrie pétro-chimique dans tous ces aspects. Cette ressource non-renouvelable devra nécessairement être remplacée, il est donc important de trouver des alternatives pour les générations futures. Monsieur Kretzschmar considère qu’à l’échelle du citoyen, il est possible d’introduire des modifications pour mieux prendre en compte l’environnement dans lequel nous évoluons. Cependant, l’action des Etats est déterminante puisqu’elle provoque un changement à une plus grande échelle, c’est le rôle notamment du Plan Climat Energie mis en place par la Métropole de Lyon et présenté plus généralement par Madame Vessillier.

Mme Béatrice Vessillier, 22ème Vice-présidente de la Métropole de Lyon

Madame Vessillier nous a donc présenté de manière plus générale les actions mises en place par la Métropole de Lyon. Celles-ci sont conditionnées par des objectifs souvent décidés au niveau européen. Ces objectifs ne sont pas toujours atteints notamment l’objectif « 3x20 » pour 2015 (réduire de 20% des émissions de GES par rapport à 1990, porter à 20% la part d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale et augmenter de 20 % l’efficacité énergétique par rapport à l’évolution tendancielle). Ces engagements ont un impact extrêmement fort au niveau des bâtiments. La Métropole de Lyon a notamment élaboré un programme dit « éco-rénovation », afin de diviser les consommations d’énergie liées au chauffage. Cela se traduit par une certification de professionnels du bâtiment, garants du respect de l’environnement dans leurs démarches. De surcroît, il devient possible d’édifier des bâtiments neufs homologués « habitat durable », avec une faible empreinte écologique, due aux matériaux utilisés et procédés techniques mis en place.

III - Aperçu des discussions pendant le débat

- Notre interrogation initiale :

Quels sont les moyens, pour que chacun puisse devenir un acteur de la protection de l’environnement ?

Plusieurs solutions émergent rapidement, notamment une consommation locale de produits « bio ». L’idée de réduire la consommation de viande est ensuite proposée, car l’élevage industriel est un modèle d’agriculture parmi les plus polluants. De manière générale le fait de réduire la consommation de produits industriels est très répandue.
Dans un autre domaine, la question des transports est abordée, il s’agirait de réduire les déplacement en voiture et de favoriser des modes de déplacements alternatifs comme la marche à pied, le vélo, l’utilisation des transports en commun.

- Quelques interrogations du public :

Quelle est l’utilité concrète des actions individuelles si les acteurs les plus polluants (les entreprises, notamment) n’agissent pas ?

Il y a toujours une utilité de l’action individuelle. Il est vrai que l’action des entreprises ou des collectivités publiques est importante car elles disposent de moyens plus élevés et peuvent impulser des actions à une échelle plus grande. Cependant, même les collectivités ne peuvent agir seules, l’action des citoyens est donc déterminante puisqu’elle conditionne l’efficacité des mesures prises. L’action individuelle est également souvent conditionnée à la comparaison des efforts individuels par rapport aux efforts réalisés par les “autres”. Ce constat est à double sens puisque d’un côté le bon comportement de certain incite chacun à faire de même, mais de l’autre, les mauvaises habitudes et la sensation d’inutilité lorsque les efforts ne sont pas partagés, freinent un bouleversement radical des habitudes.

Est-ce que les générations actuelles polluent plus que les générations précédentes ?

Les générations actuelles polluent différemment : il y a de fait, une consommation massive d’appareils électroniques et technologiques, de vêtements etc. A contrario la sensibilisation du public au réchauffement climatique génère des comportements plus écologiques qu’auparavant, notamment une attention accrue sur le choix des moyens de transports, la volonté de réaliser des économies d’eau et d’énergie et évidemment le tri des déchets qui n’existait pas. Il y a donc eu une évolution des modes de pollution, ce qui rend la comparaison difficile.

Comment essayer en tant que propriétaire/locataire d’influer sur les travaux de rénovation du bâti ancien afin de combler les pertes énergétiques ?

Des moyens sont mis en œuvre notamment par la législation. Il apparaît clairement que le statut de locataire est un frein conséquent dans ce domaine. Pour les propriétaires, ils peuvent notamment bénéficier d’un accompagnement et d’aides financières avec le service « Ecoréno’v » mis en place par la Métropole de Lyon.
Ce service a été présenté en détail par Madame Vessillier, vous pouvez retrouver les informations le concernant en suivant ce lien.

Suite au débat, nous avons proposé au public et aux intervenants de continuer à échanger autour d’un buffet. Nous avons par la même occasion mis à leur disposition une plaquette intitulée “Pour aller plus loin”, dans laquelle nous avons proposé quelques pistes d’information et d’engagement pour ceux qui souhaiteraient s’investir dans une démarche plus écologique et éco-responsable.

- Annexe 4 : Plaquette “Pour aller plus loin”

Pour terminer, nous avons posté un sondage sur l’évènement Facebook du Débat, afin de recueillir les impressions des participants. Dans l’ensemble, ils ont été très satisfaits du déroulement du débat et des thèmes abordés. Certains auraient cependant, apprécié aborder le thème du développement durable de manière plus générale et disposer d’éléments de comparaison entre Lyon et d’autres villes de taille similaire.

Juliette Coullet
Clara Grizard
Nathalie Gogalle
Sarah Ponen
Mariam Benyakoub
Yuan Xin

Demande d'accès

Parcours RISE

Profil ingénieur (ECL, ENTPE, ...)
Dossier de candidature à l’ECL
Info : R. Perkins
Profil juriste
Dossier de candidature à Lyon 3
Info : I. Michallet
Profil économiste ou politiste
Dossier de candidature à Lyon 2
Info : P.Polomé

Parcours SEIU

Le dossier de candidature à l’ENTPE est disponible en ligne ici.
Le dossier de candidature à l’ENMSE est disponible en ligne ici.
Le contenu des deux dossiers est similaire.
La date limite pour le retour des dossiers est fixée au 31 mai 2017.

Pour toute information complémentaire sur les modalités de candidature au parcours SEIU, contacter :
Yves Perrodin à l’ENTPE ou Natacha Gondran à l’ENMSE

Sites Favoris

HAL - Archives ouvertes
HAL - Archives ouvertes
ISIDORE
ISIDORE
PALSE
PALSE
Prim.net
Prim.net
AXELERA
AXELERA