Présentation

, par Philippe Polomé

1. Objectifs propres au parcours : orientations scientifiques et professionnelles de la formation.
Le parcours « SEIU » prépare aux métiers de la recherche appliquée, publique ou privée, dans le domaine de l’environnement et des risques. En fonction de leur cursus antérieur, et des acquis théoriques et pratiques de la formation, les étudiants peuvent accéder à un large éventail de champs disciplinaires allant du génie civil à la chimie ou la biologie, appliqués à la gestion des effluents urbains et industriels, au traitement et à la valorisation des déchets, et à la gestion des sites et sols pollués.

Depuis la création, il y a plus de 30 ans, du DEA « Sciences et Techniques du Déchet », dont il provient, ce sont plus de 500 ex-étudiants qui exercent dans des laboratoires de recherche, des collectivités locales ou territoriales, des grands organismes publics (CNRS, ADEME, INRA, IRSTEA, INERIS,...), ou des entreprises (SUEZ-environnement, VEOLIA-Environnement et autres PME du secteur des éco-industries).

2. Organisation en termes d’unités d’enseignements (UE) et de crédits européens.
La deuxième année du master décrite ici est spécifique du parcours M2 SEIU. Elle comporte 30 crédits d’enseignements organisés sur le premier semestre. Ces enseignements ont lieu à l’ENTPE, l’ENMSE et à l’INSA de Lyon. Ils sont répartis en 6 UE portant sur l’analyse et la gestion des risques, l’émission et la dispersion des polluants, les risques environnementaux, les écotechnologies, le management QSE et la participation à des conférences et projets tutorés.
Les parcours de formation sont validés par le jury du parcours SEIU sur la base des choix des étudiants, de leur cursus antérieur et du stage de recherche attribué. L’organisation détaillée des unités d’enseignement et des crédits ECTS est présentée dans la rubrique ci-après dénommée "Organisation de la formation". Les enseignements sont réalisés au cours du semestre 3 (1er semestre du M2). D’une durée de 5 mois minimum, le stage est effectué sur le semestre 4 (2ème semestre du M2).

3. Modalités de la formation par la recherche.
Les enseignements consistent en cours magistraux/ travaux dirigés associés. Ils sont dispensés dans les locaux de l’ENTPE, de l’ENMSE, et de l’INSA.
Outre les périodes de face à face pédagogique (environ 150h), les étudiants sont amenés à fournir une part de travail personnel, individuelle ou collective, sous forme de projets avec rendu écrit ou oral.
Les étudiants sont amenés à participer à des événements scientifiques régionaux tels que séminaires, colloques ou salons de l’environnement (ex : mise à disposition d’entrées au salon Pollutec Lyon.).
Pendant le 2ème semestre du M2, des déplacements « terrain » sont organisés par le parcours.
De 2012 à 2015, ils ont ainsi pu découvrir la réalité des pratiques industrielles :
- Compostage par la visite de la plateforme de Décines-Charpieu, en banlieue lyonnaise,
- Visite de l’incinérateur, du centre de tri et du CET de Lons le Saunier(39) ;
- Traitement l’eau : visite de la STEP de la Feyssine ;
- Recyclage : centre de tri sélectif des OMR.

Pendant le stage de recherche, chaque étudiant bénéficie d’un tutorat par un des chercheurs du laboratoire d’accueil. La désignation de l’encadrant et la validation du contenu prévisionnel du stage est validée par le CGO, en juillet, ou au plus tard à la rentrée universitaire. Le tuteur de stage est en relation directe avec son stagiaire dès le début de l’année scolaire afin d’anticiper ce stage par une première sensibilisation au travail en laboratoire et à la recherche bibliographique liée à son sujet.

4. Professionnalisation des étudiants et modalités d’acquisition de compétences transversales.
Les enseignants sont majoritairement des universitaires, enseignants-chercheurs ou chercheurs, ancrés dans la pratique de la recherche au sein de leurs laboratoires respectifs. Ils font intervenir ponctuellement, en accord avec le CGO, des professionnels des métiers de l’environnement. Cette pratique permet de confronter les approches strictement recherche académique aux réalités technico- et socio- économiques.
Le stage de recherche est le second moment fort associé à la professionnalisation. Les étudiants y sont confrontés aux métiers de la recherche appliquée par la participation active à la vie d’une équipe. La plupart des recherches proposées aux étudiants stagiaires font partie intégrante de programmes de recherche finalisée du type ANR ou développée dans le cadre du pôle de compétitivité « chimie-environnement » (Axelera).
Ce contexte dynamique est très favorable à la découverte de la diversité des métiers de la recherche en environnement, que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur industriel.
Comme indiqué précédemment, l’ancrage fort du M2 SEIU et des laboratoires d’accueil dans la recherche régionale et nationale est également très favorable au placement des diplômés, au travers de nombreux réseaux collaboratifs.

5 Composition et structure de l’équipe pédagogique
Les enseignants sont majoritairement des universitaires, enseignants-chercheurs ou chercheurs, ancrés dans la pratique de la recherche au sein de leurs laboratoires respectifs.
Un conseil de gestion et d’organisation « CGO » du parcours SEIU associant les correspondants et représentants des établissements cohabilités analyse chaque année les performances de la formation en terme pédagogique et de placement et examine l’évolution des métiers de la recherche afin d’anticiper sur les changements du contexte socio-économique.
Composition du CGO :
Yves PERRODIN, Directeur de Recherche, ENTPE de Vaulx en Velin
Natacha GONDRAN, Maître de recherche, ENMSE Mines de St Étienne
Rémy BAYARD, Maître de conférences, INSA de Lyon

6 Modalités d’évaluation des étudiants
Les évaluations peuvent prendre des formes diverses : épreuves écrites en temps limité (avec ou sans document), interrogation orale, projet à construire et à rédiger. Les responsables d’UE précisent la forme sous laquelle ils souhaitent procéder à l’évaluation.
La validation de la partie théorique (30 ECTS) en session 1 est effectuée fin mars. Le principe de compensation entre UE est admis pour l’obtention d’une moyenne minimale de 10/20 comme seuil de validation. Cependant toute note strictement inférieure à 7/20 est rédhibitoire pour la validation globale, même avec une moyenne supérieure à 10/20. Dans ce cas, l’étudiant concerné passera une épreuve de rattrapage (session 2) et devra obtenir une note supérieure à 10/20 pour valider les crédits de l’UE.
La validation des 30 ECTS du stage de recherche est effectuée après remise d’un mémoire et une soutenance orale des travaux de l’étudiant devant un jury. La composition de ce jury est la suivante :
-  Au moins 3 membres,
-  Présence obligatoire du tuteur,
-  Au moins 2 membre HDR,
-  Présidence est assurée par un des membres du CGO.
La validation des crédits correspondant à chacune des composantes du stage est traduite en une note (/20) par l’utilisation d’une fiche de notation, remplie individuellement par chaque membre du jury, puis résumée en une seule fiche par le président du jury après délibérations.

Demande d'accès

Parcours RISE

Profil ingénieur (ECL, ENTPE, ...)
Dossier de candidature à l’ECL
Info : R. Perkins
Profil juriste
Dossier de candidature à Lyon 3
Info : I. Michallet
Profil économiste ou politiste
Dossier de candidature à Lyon 2
Info : P.Polomé

Parcours SEIU

Le dossier de candidature à l’ENTPE est disponible en ligne ici.
Le dossier de candidature à l’ENMSE est disponible en ligne ici.
Le contenu des deux dossiers est similaire.
La date limite pour le retour des dossiers est fixée au 31 mai 2017.

Pour toute information complémentaire sur les modalités de candidature au parcours SEIU, contacter :
Yves Perrodin à l’ENTPE ou Natacha Gondran à l’ENMSE

Sites Favoris

HAL - Archives ouvertes
HAL - Archives ouvertes
ISIDORE
ISIDORE
PALSE
PALSE
Prim.net
Prim.net
AXELERA
AXELERA